La politique linguistique au Maroc, un facteur de défavorisation sociale ? |24/01/15|

La politique linguistique au Maroc, un facteur de défavorisation sociale ? |24/01/15|


« L’arabisation consiste à rendre à la langue arabe la place qu’elle avait perdue durant la période coloniale, c’est-à-dire lui permettre de remplir à nouveau pleinement son rôle de langue nationale assurant les fonctions de communication, de formation et de gestion à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la vie collective. L’objectif ultime de l’arabisation au Maroc vise à faire de la langue arabe la langue de la science et de la technologie. En définitive, la langue qui appartient à une société moderne, donc une langue complète, dans laquelle on exprime aussi bien les sentiments, que les anciennes traditions, comme on peut suivre une conférence en chimie ou en mécanique. » Extrait de ‘L’Arabisation et ses Problèmes’ de Abou Abdou publié par L’Institut d’Études et de Recherches pour l’Arabisation en 1984.

La politique linguistique au Maroc tire historiquement ses origines de l’époque du Protectorat où le nationalisme mettait en place ‘les écoles libres’ sur la base de l’école traditionnelle coranique pour moderniser l’enseignement original et surtout pour répondre au système éducatif de la puissance coloniale qui prétendait : « leur (population marocaine) faire oublier leur propre culture et adopter celle de la France. » (Bentahila, Language attitudes in Morocco). Cette politique est fortement marquée par le processus d’arabisation qui a été voulu par le mouvement nationaliste, animé par le grand désir de légitimation de la nouvelle autorité marocaine face à l’autorité coloniale et engagé par les pouvoirs publics au lendemain de l’indépendance.

La scène politique s’était divisée entre partisans, principalement les traditionnalistes, de la langue arabe classique comme étant la langue de l’Islam qui s’oppose à la culture occidentale envahissante et antagonistes, majoritairement des technocrates, de cette position qui voulaient le maintien de la langue française dans les branches scientifiques de l’enseignement et dans le cadre des échanges économiques qu’entretient le Maroc. Entre ces deux perceptions, nous pourrions affirmer que la position officielle est à l’image du discours de l’IERA qui soutient la primauté de la langue arabe classique sans exclure la langue française comme étant un héritage ancré durant la période coloniale et associé à l’identité marocaine. La publication de la Charte nationale d’éducation et de formation représente l’une des actions de l’IERA allant dans la lignée de la position officielle.

La question linguistique est en lien étroit avec la distribution des capitaux scolaires et linguistiques dans une société. C’est-à-dire d’une technique qui peut à la fois favoriser une justice (quand cette technique est distribuée à pied d’égalité) ou bien une barrière et un élément de stigmatisation des groupes les plus démunis linguistiquement. Cette technique permet également l’assurance de la cohésion sociale quand elle est partagée par l’ensemble des membres d’une société. Au Maroc, le débat est complexe puisque ni l’arabe et encore moins le français ne sont des techniques distribuées de façon égale. La langue est au centre de l’inégalité et de l’exclusion. Ainsi, plutôt que de se poser la question : le problème de la langue est-il d’ordre linguistique (nécessité de réforme de la langue), il vaut s’interroger sur l’aspect politique : La langue permet-elle la cohésion sociale ? Est-elle distribuée et acquise par l’ensemble des groupes et individus ?

L’association Autre Maroc poursuit son cycle de réflexion en interrogeant cette fois-ci la politique linguistique du pays. La sociolinguistique et spécialiste de l’arabe dialectal marocain Dominique CAUBET nous accompagnera durant cette rencontre-débat pour discuter la politique linguistique du Maroc et traiter ses interactions avec la société.

Rejoignez-nous le samedi 24 janvier au Café Charlie Birdy à 15h.
Café Charlie Birdy : 1 Place Étienne Pernet, 15e arrondissement de Paris (métro Commerce ligne 8).

+ There are no comments

Add yours