Condition et aspirations des minorités |08/11/14|

Condition et aspirations des minorités |08/11/14|


10645165_819083004810460_8017491610790715521_n« Je ne veux pas que tu sois masochiste. Tu as seize ans : tout n’est pas perdu, tu as le temps devant toi, changer, se libérer, voir autrement, critiquer les valeurs qu’on t’inculque de force. » Abdellah TAÏA. ‘Lettres à un jeune marocain’. Éditions du Seuil – 2009.

Nous assistons aujourd’hui à des changements majeurs de la structure sociale marocaine. Les systèmes de valeur comme les représentations sociales connaissent des transformations qui vont de pair avec l’évolution sociale.

Sous la vague de la colonisation comme pendant l’ère du nationalisme post-indépendance, les cultures et les systèmes sociaux ont subi des déformations et une déstructuration.
Aujourd’hui, sous l’effet de la libéralisation engagée à bras ouverts, la société connait à nouveau des déchirements et condamne des sphères entières à l’adaptation ou à l’exclusion. Les revendications qui surgissent à travers les mouvements sociaux sont loin d’être homogènes : certaines mettent l’accent sur la dimension redistributive, d’autres insistent sur des demandes de reconnaissance. Les mouvements peinent à croiser ces deux dimensions superposées.
Le conservatisme social est souvent corrélé au « conservatisme culturel » et les discriminations et dominations subies par des groupes sociaux, sexuels, ethniques, linguistiques sont réduites à des confrontations idéologiques entre deux représentations : d’une part une vision moderniste, émancipatrice, progressiste, occidentaliste, universelle ; d’autre part une vision religieuse, archaïque, traditionaliste, communautaire. Les conditions sociales, l’hégémonie d’une culture dominante ou encore l’histoire structurant ces dominations sont très vite évacuées du débat.
Durant cette rencontre, nous nous interrogerons sur les réalités sociales, pratiques et représentatives d’une catégorie sociale dominée au sein de la société marocaine : les homosexuels.

Partant de ce constat, plusieurs questions se posent : Comment l’homosexualité est-elle vécue socialement et politiquement ? Assiste-t-on à une stigmatisation systématique ? Comment les lois peuvent-elles apporter des réponses à la situation sociale et changer les représentations autour de l’homosexualité ? Quel est le rôle de l’école et des autres institutions de disciplinarité ? Comment le mouvement homosexuel et les différentes minorités sociales pourraient-ils combiner luttes sociales et luttes de reconnaissance ?

Dans ce cadre, l’Association Autre Maroc – مغرب آخر a le plaisir d’accueillirAbdellah Taïa, écrivain marocain. Il a publié ‘Mon Maroc’ (Séguier, 2000), ‘Le Rouge du tarbouche’ (Séguier, 2005), ‘L’armée du salut’ (Seuil, 2006), ‘Une mélancolie arabe’ (Seuil, 2008), ‘Le jour du Roi’ (Seuil, 2010) – Prix de Flore.

Quand? : Samedi 08 novembre à 15h.
Où? : Café Charlie Birdy, 1 Place Étienne Pernet, 15e arrondissement de Paris (métro Commerce ligne 8 )

+ There are no comments

Add yours