Communiqué d’Autre Maroc après l’assassinat de Mohsine Fikri |30/10/16|

Communiqué d’Autre Maroc après l’assassinat de Mohsine Fikri |30/10/16|


Aujourd’hui, et comme depuis trois semaines, les champs politique et médiatique marocain discutent de la composition du prochain gouvernement : est-ce le retour de la Koutla ? Le MP en sera-t-il ? En finira-t-on définitivement avec le PAM ?
Aujourd’hui, et comme depuis plus d’un an, une partie du champ militant s’interroge : comment reconstruire une vraie force de gauche, à même d’offrir une alternative, une « troisième voie » face au Makhzen et à l’Islam politique ?
Aujourd’hui, et comme depuis dix ans, Al Adl wa al Ihsanne, seul mouvement politique encore relativement organisé à niveau local, se déchire : faut-il entrer enfin dans le jeu politique ? Se constituer en parti, participer aux élections, en finir avec le boycott systématique ?
Aujourd’hui, et comme depuis dix sept ans, dans les temples de la pensée réchauffée, on se demande comment transiter, enfin, de la monarchie exécutive à sa variante parlementaire ? Faut-il encore une nouvelle constitution ? Ou alors, simplement, l’application de l’ancienne ?

Mais aujourd’hui, Mohsine Fikri est mort, broyé parmi les poissons qu’il vendait au marché et qu’un commissaire bien consciencieux lui avait confisqué quelques instants plus tôt.
Aujourd’hui, la guerre, méthodiquement menée contre les pauvres, avec ses instruments de distinctions, ses mécanismes de reproduction des positions et des capitaux ainsi que sa violence tout à la fois insidieuse, permanente et dirigée, a fait une victime de plus. Aujourd’hui, dans ce Maroc de la « nouvelle ère », le capitalisme, sous sa forme la plus sauvage, bouleverse le tissu collectif, dépèce le semblant de solidarités jusque-là existantes et transforme la société en marché géant, où s’échangent les vies et les morts comme tout autre bien de consommation, avec toute la force de l’anodin.
Aujourd’hui, la réalité, incarnée par un vendeur de poisson martyr, éclate de nouveau à nos regards bien-pensants. Dans ce pays que nous avons appris à dire nôtre, on met en pièce les pauvres. Dans ce pays que nous avons appris à dire nôtre, lorsque la broyeuse s’arrête enfin, nulle différence ne peut plus être faite entre la chair des pauvres et celles des poissons. D’ailleurs, tous s’en repaissent : multinationales néo-coloniales, nouvelle bourgeoisie du marché, roi des riches, vieilles fortunes et société civile émergente.

Alors aujourd’hui, nous appelons au renversement de l’ordre des choses. Nous appelons à la révolte, totale, furieuse, tout aussi méthodique que la broyeuse qui tailla en charpie le corps de Mohsine Fikri. Nous appelons à la réponse de tous ceux que l’on écrase, que l’on tue, que l’on marginalise.
انا لله و انا اليه راجعون

Nulle paix, nulle « stabilité », nul « vivre-ensemble » tant que l’on broiera les pauvres.

+ There are no comments

Add yours